Attractivité : baromètre EY de l’attractivité des pays européens

Le cabinet d’audit Ernst and Young a publié le 4 juin 2019 son « baromètre annuel de l’attractivité » réalisé dans une quarantaine de pays.
Il se compose à la fois d’un décompte du nombre d’investissements étrangers réalisés dans l’industrie et les services et d’un sondage qualitatif auprès de dirigeants et de cadres d’entreprises.

Les résultats de la France sont d’autant plus positifs qu’ils s’inscrivent dans un contexte difficile : baisse des investissements étrangers au niveau européens (-4% à l’échelle du continent par rapport à l’année dernière), baisse encore plus marquée du Royaume-Uni (-13%) et de l’Allemagne (-13%).

Voici les conclusions du rapport concernant la France :

- Bilan excellent pour l’attractivité de la France

Les résultats de la France en matière d’attractivité économique pour 2018 sont très bons : avec 1027 implantations étrangères recensées en 2018 (soit un niveau jamais atteint jusqu’à présent), la France se classe désormais en deuxième position européenne, devant l’Allemagne et juste derrière le Royaume-Uni.

- Points forts

Les bons résultats de la France reposent sur deux points forts : les investissements dans l’industrie (plus du tiers des projets) et plus encore les projets de RD : 144 projets dans ce domaine soit une hausse de 85% par rapport à 2017. Ces 144 projets représentent plus que le cumul des projets de RD au Royaume-Uni (74) et en Allemagne (64).

Après les niveaux exceptionnels en termes d’image et de perception, l’image de la France reste positive en dépit d’un léger tassement du au climat social (80% des investisseurs ont une image satisfaisante du site France contre 81% l’année dernière ; à comparer aux 73% de 2017 et aux 70% de 2012).

- Attractivité des villes françaises

Le rapport fait également un comparatif entre grandes villes.
Paris reste la ville la plus attractive d’Europe, première place prise à Londres l’année passée, même son attractivité en valeur absolue est en léger recul.

- Attentes des investisseurs

L’étude d’EY montre que les efforts paient : la fiscalité et le droit du travail longtemps évoqués comme les deux principaux problèmes en termes d’attractivité de la France ne sont plus mentionnés en tête de liste par les investisseurs. Ils apparaissent toujours comme un sujet à surveiller mais à un niveau nettement inférieur aux dernières années.

L’étude d’EY donne des orientations sur les attentes des investisseurs qui placent désormais en tête leurs attentes vis-à-vis de la France les questions de simplification administrative.

Infographie : article issu du journal Le Parisien
JPEG

L’étude d’EY vient confirmer une tendance de fond très positive sur l’attractivité économique de la France constatée également par le World Economic Forum de Davos (qui note désormais la France au même niveau que la Norvège et le Canada en termes de compétitivité), par AT Kearney (qui vient de placer la France en 5ème position des économies les plus attractives, soit le meilleur classement jamais atteint) et les études internes de BusinessFrance qui avaient dès avril dernier abouties à des conclusions similaires

publié le 06/06/2019

haut de la page