« C’est un peu le marathon de la lecture »

#GoncourtSuisse - Pierre Blancs étudie les sciences de la communication en 3e année de Bachelor à l’université de suisse italienne. Il a décidé de prendre part à la troisième édition du Choix Goncourt de la Suisse.

JPEG

Comment avez-vous entendu parler du Choix Goncourt de la Suisse ?

Je connaissais bien entendu le prix Goncourt en France. Mais cette année, en septembre, notre professeur de français, Regina Bollhalder, nous a envoyé un courriel pour nous présenter le projet du Choix Goncourt de la Suisse, et nous expliquer la démarche pour désigner un lauréat Suisse, en discussion avec d’autres universités. Puis, elle nous l’a présenté à nouveau en classe de français. Sur la vingtaine d’élèves que compte le cours, nous sommes six à avoir décidé de participer.

Qu’est-ce qui vous a convaincu ?

J’aime l’idée de pouvoir accéder aux livres de la liste Goncourt. Ce sont des auteurs appréciés et prometteurs.
Je me suis dit que ça pourrait être une expérience nouvelle, de devoir lire et discuter pour construire un point de vue. Nous sommes amenés à discuter entre nous, puis avec d’autres universités pour essayer de convaincre et d’expliquer nos choix.

Comment vous avez organisé vos sessions de lecture ?

Notre professeur a étalé devant nous les 15 livres. Nous avons eu une vingtaine de minutes pour lire rapidement les présentations ou parcourir quelques pages. Chacun est parti avec deux à quatre livres qui lui plaisaient. Pour ma part, j’ai choisi Tiens ferme ta couronne, de Yannick Haenel, Les rêveuses de Frédéric Verger, La Serpe de Philippe Jaenada, Un certain monsieur Piekielny de François-Henri Désérable.
Depuis quelques semaines, nous nous retrouvons tous les jeudis après-midi. Heureusement, notre professeur de français nous laisse deux heures durant son cours pour avancer sur le projet. Nous restons aussi en contact via les réseaux sociaux.
Nous n’avons que quelques semaines pour lire, nous faire un avis et présenter les ouvrages aux autres membres du groupe. C’est un peu le marathon de la lecture !

publié le 31/10/2017

haut de la page