Ça raconte Sarah (Ed. de Minuit) : choix Goncourt de la Suisse 2018

Après Mathias Enard, pour "Boussole"en 2015 ; Catherine Cusset pour "L’Autre qu’on adorait"en 2016, et Alice Zeniter pour "L’Art de perdre" en 2017, le Choix de la Suisse 2018 porte sur le premier roman de Pauline Delabroy-Allard. Résumé.

L’auteur

JPEG - 110.1 ko
Pauline Delabroy Allard

Pauline Delabroy-Allard est née le premier jour de l’année 1988.
Elle est écrivaine et professeure documentaliste au lycée Michelet de Vanves (Hauts-de-Seine).
Elle a écrit pour En attendant Naudeau, journal en ligne de littérature, des idées et des arts.
"Ça raconte Sarah" est son premier roman.

Le livre

Bernard Pivot, JDD, dimanche 16 septembre 2018

Romantisme au féminin pluriel

Ça raconte Sarah… Donc, le roman raconte Sarah, comment la narratrice et elle se sont aimées, tellement aimées, que l’une au moins en mourra. Elles n’étaient ni l’une ni l’autre attirées par les femmes.
A commencer par celle qui dit je. Elle vit seule avec une enfant dont le père a disparu. Elle a un nouveau compagnon. Bulgare, épisodique. Il ne fera pas le poids. C’est la première année qu’elle enseigne au lycée. Dans un dîner arrive en retard une jeune femme, violoniste de profession, qui parle et rit trop fort, qui agace tout le monde par son exubérance, son mépris des usages. Elle impressionne aussi.
C’est Sarah, 35 ans...

JPEG - 229.5 ko
Portrait de Pauline Delabroy Allard

publié le 20/11/2018

haut de la page