Carine Zuber, passeure de culture musicale

Carine Zuber a reçu les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres, le 17 août 2018, à Zurich. Cette distinction vient couronner son engagement au service de la musique et sa contribution à la promotion des artistes français en Suisse.

La musique, son ancrage, le fil rouge de toute sa carrière

Passionnée de musique, elle multiplie les casquettes, à l’image de la musique qu’elle aime, ce jazz qui floute les contours et abolit les frontières !

Quelques étapes marquantes

De 1996 à 2000 : elle travaille en tant qu’indépendante au sein de plusieurs structures dans le monde du spectacle, en assurant des mandats de RP, organise des tournées d’artistes suisses à l’étranger, à la Cigale à Paris notamment, ou d’artistes étrangers en Suisse, collabore à différents festivals et événements.

En 2001 : elle rejoint l’équipe de l’Expo.02 en tant que chef de projets dans le domaine musical. De la programmation au fundraising, du choix des mandataires au controlling artistique et budgétaire, elle participe de A à Z à cet événement majeur.

JPEG

Elle travaille ensuite 4 ans au Théâtre de Bienne Soleure comme directrice administrative.
En 2009, elle rejoint l’Office de la culture du canton de Berne où elle est responsable du bureau des commissions culturelles.
En 2013, elle est pressentie pour diriger le Moods, une institution de la scène musicale suisse. Une arrivée en terre germanophone quelque peu inattendue pour une francophone (quoique bilingue), très ancrée dans sa ville, mais un défi qu’elle se devait de relever ! « J’aurais été complètement idiote de ne pas me jeter dans cette aventure », a-t-elle un jour déclaré.

Le Moods, véritable plateforme innovante pour les artistes

Au Moods, il y quasiment un concert par jour. Carine fait cohabiter jazz, musique du monde et musiques actuelles, programme des stars et donne leur chance à de jeunes artistes. Si 50% des artistes qui se produisent au Moods sont suisses, les Français y sont également bien représentés, une soixantaine environ.

Elle entretient d’ailleurs des liens forts avec la France et participe notamment chaque année à la Semaine de la langue française et de la Francophonie. Elle a également participé cette année, pour la première fois à la Nuit des Idées, associant découvertes technologiques, expérience acoustique et concert d’André Manoukian.

L’innovation technologique au service de la musique

En 2017, elle lance le Moods Digital Concert Club. Avec cette réalisation ambitieuse, le Moods est devenu l’une des deux salles de concert dans le monde à diffuser ses concerts en streaming sur abonnement. Et 70% des revenus générés sont ensuite reversés aux musiciens. Un tout nouveau public accède ainsi aux concerts du Moods, suivis avec assiduité jusqu’au Japon !

La musique, même en quartier libre

Dès 1997, elle rejoint le Cully Jazz Festival. Au sein du comité d’’organisation (entièrement bénévole, il faut le souligner), elle a assuré la programmation jusqu’en 2015, rassemblant chaque année dans ce village vigneron plus de 60 000 spectateurs.
En 2005, elle est entrée au conseil de Fondation de Pro Helvetia où elle a présidé le groupe Musiques.
Puis, en 2010 avec André Manoukian, elle crée le festival d’altitudeCosmojazz Festival Chamonix, devenu transfrontalier en 2013, un beau symbole pour une musique que nous avons en partage.

JPEG

Pour Carine Zuber, l’aventure musicale et l’aventure humaine sont indissociables dans sa carrière et relèvent de la même exigence et de la même convivialité. Au fil de ces expériences, elle a construit, animé et soudé des équipes, formé les relèves et tissé un formidable réseau d’artistes...

JPEG

publié le 23/10/2018

haut de la page