Cézanne : dessins et croquis

Le Kunstmuseum de Bâle valorise son fond de croquis et dessins de Cézanne en organisant une exposition dédiée au maître français. L’exposition, qui se déroule jusqu’au 24 septembre, est placée sous le patronage de l’Ambassade de France en Suisse.

JPEG - 50.7 ko
Baigneurs, Paul Cézanne, 1890 © 2017. Digital image, The Metropolitan Museum of Art /Art Resource/Scala, Florence

Le Cabinet des estampes du Musée des Beaux-arts de Bâle possède une exceptionnelle collection de 154 feuilles de la main de Cézanne, soit la plus grande et importante collection au monde de dessins de l’artiste impressionniste français.

Le flaire du Kunstmuseum de Bâle

Dès 1934, le Kunstmuseum Basel a fait l’acquisition auprès du marchand d’art Werner Feuz de deux importants lots de dessins totalisant 141 œuvres issues du fonds d’atelier de Paul Cézanne. Cet ensemble va être complété par des achats auprès de particuliers. Le Kunstmuseum Basel a ainsi été la première institution à reconnaître l’importance de l’œuvre dessinée alors largement méconnue.

Œuvres fragiles

Les dessins de Cézanne, contrairement à ses aquarelles, ont été peu exposés, en raison de leur fragilité. Ils ont été en outre très peu étudiés. 111 feuillets du lot appartenant au cabinet des estampes du Kunstmuseum proviennent de cinq carnets divisés, qui furent autant que possible reconstitués.
Dans l’exposition Cézanne révélé, on y trouve des feuillets provenant d’autres collections institutionnelles et privées : la Fondation Beyeler, The Art Institute of Chicago, le Metropolitan Museum of Art et le MoMa à New York, le Musée d’Orsay à Paris…

L’œuvre intime

JPEG - 59.9 ko
L’Après-midi à Naples, Paul Cézanne, 1870/72 Privatbesitz

De petit format, ces carnets de croquis garantissent une vision intime, car ils n’ont jamais été pensés pour un public. Ils documentent un processus d’expérimentation et de recherche sans contrainte.
A l’abri des regards, Cézanne remet profondément en question le dessin et sa fonction, dans la mesure où il ne respecte pas les règles courantes et escamote les usages. Des séries entières d’études d’après nature ou de copies des maîtres anciens, de l’antiquité à Eugène Delacroix, montrent comment la confrontation répétée avec un motif donné pousse Cézanne à développer toujours de nouvelles options de représentation.

Un catalogue est édité par les Editions Prestel, avec des contributions d’Anita Haldemann, la commissaire de l’exposition, Henrike Hans, Annegret Seger, Oskar Bätschmann, Fabienne Ruppen, Richard Shiff et Matthew Simms, ainsi que des illustrations de l’ensemble des œuvres exposées.

Exposition du 10 juin au 24 septembre 2017
Kunstmuseum Basel, St. Alban-Graben 16, Bâle, Suisse

[(Autour de l’exposition :

publié le 16/08/2017

haut de la page