Éric-Emmanuel Schmitt de passage à Berne

Le jeudi 15 juin 2017, une conférence avec l’écrivain Eric-Emmanuel Schmitt a été organisée par le centre Paul Klee (ZPK) en coopération avec l’Alliance Française de Berne autour de la question : « A quoi sert la littérature ? ».

JPEG
Un public nombreux et varié s’y est rendu, notamment, les membres de l’Alliance Française de Berne, ainsi que Christophe Zimmerli, président de l’Association suisse des professeurs de français, accompagné de 45 élèves du lycée de Burgdorf ou encore les élèves de l’Ecole française internationale de Berne et un grand nombre de lecteurs invétérés d’Eric-Emmanuel Schmitt.

Il est l’un des auteurs francophones contemporains les plus lus dans le monde et membre de l’Académie Goncourt (http://academie-goncourt.fr/). Grâce à ses romans tels que L’évangile selon Pilate (2000), Oscar et la Dame en Rose (2002) ou encore L’Homme qui voyait à travers les visages (2016), il a reçu de nombreux prix et mentions honorifiques. Il rédige également des scenarios de film tels que Odette Toutlemonde, sorti en 2007 et des pièces de théâtre, Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran, édité en 2001. Ses œuvres sont traduites et jouées dans 45 langues.

A cette occasion, nous avons rencontré Bernard Steck, président de l’Alliance Française de Berne (https://www.alliancefrancaise.ch/berne/), dont le but est d’organiser chaque année une manifestation en coopération avec le ZPK (http://www.zpk.org/) afin de favoriser les échanges culturels franco-suisses. Son choix s’est porté sur Eric-Emmanuel Schmitt ; rassemblant des lecteurs de tous horizons. Bernard Steck a tenu à remercier particulièrement le ZPK de mettre ainsi en avant la culture française.

JPEG
Maria Teresa Cano, responsable de la communication et de la presse au centre Paul Klee et au musée des beaux arts de Berne, qui ressentait depuis longtemps le désir de rencontrer cet auteur, nous a confié qu’Eric-Emmanuel Schmitt était une personnalité très touchante, habitée par quelque chose d’authentique et de vrai. Selon elle, cette personne très humaine et douée d’empathie, parvient « à construire des ponts entre les différentes cultures ».

Durant la conférence, Eric-Emmanuel Schmitt nous a retracé l’histoire de la littérature en nous rappelant que cette dernière est « une expérience mentale de haute intensité qui nous permet de comprendre les complexités qui sont les nôtres ». Pour lui, il s’agit également d’un certain partage d’idéalisme. Il nous a évoqué à travers le mythe d’Antigone, le dilemme que nous avons tous en nous, entre le cœur et la raison. La littérature est porteuse de tolérance, elle est le chemin vers l’autre. La conférence s’est suivie d’un échange entre l’auteur et le public, où chacun pouvait exprimer ses interrogations. Une séance de dédicace a suivi.

De quoi susciter le goût de la littérature pour les générations à venir.
JPEG

publié le 14/08/2017

haut de la page