Et Vian, en avant la musique !

Montricher - La Fondation Jan Michalski consacre une exposition durant trois mois, de juin à septembre, à Boris Vian. Ce trublion de la chanson française, écrivain provocateur et trompettiste de jazz a régné sur la création parisienne jusqu’à sa mort en 1959.

JPEGDe sa plume a coulé L’Écume des jours et J’irai cracher sur vos tombes. De sa trompette a jailli La Complainte du progrès et Le Déserteur. Il était aussi critique musical, monteur de spectacle, jazzman à Saint-Germain-des-Prés. Boris Vian (1920-1959) était sur tous les fronts artistiques. Symbole de liberté, il a aussi côtoyé les plus grands ; ami de Jacques Prévert, il est chanté par les stars de l’époque : des Frères Jacques à Juliette Gréco, en passant par Henri Salvador.

« Dès les années 1933-34, sa première « impression jazz » à l’écoute de Duke Ellington lui ouvre un univers à explorer assidument, à vivre intensément tout au long de son existence, de concerts en disques collectionnés dans une passion partagée avec ses frères, des premières surprises-parties dans la maison familiale aux folles nuits dans les hauts lieux du swing que sont les caves parisiennes. Le bien nommé « Prince de Saint-Germain-des-Prés » ne se contente pas de jouer de la trompette ou du cor à gidouille à dix-huit tours, il fut un important passeur et pédagogue de la culture jazz. Défricheur de talents et critique prolixe, aussi érudit qu’effronté, il collabore à diverses revues, dont la célèbre Jazz Hot.

Également éditeur, directeur artistique et programmateur, il promeut des Miles Davis, Charlie Parker, Dizzy Gillespie ou Bix Beiderbecke, et propulse l’avant-gardiste be-bop sur le devant de la scène.
Cette musique si essentielle à Boris Vian imprime son tempo et ses influences jusque dans ses œuvres littéraires. »

L’exposition propose des documents d’archives, des photographies, des enregistrements, des manuscrits et des éditions originales. Un parcours visuel et sonore qui offre une promenade inédite au détour duquel on peut espérer croiser l’ombre de ce personnage hors-norme.

Fonds documentaire : Cohérie Boris Vian
Commissariat : Nicole Bertolt, mandataire pour l’œuvre et directrice du patrimoine de Boris Vian


Exposition du 16 juin au 2 septembre 2018
Vernissage public et musical, le vendredi 15 juin 2018, à 18h30
Toutes les informations en ligne sur le site de la Fondation Jan Michalski

publié le 10/07/2018

haut de la page