Conférence de la philosophe Catherine Clément

Fribourg - La philosophe Catherine Clément donnera une conférence le 30 mars, organisée par l’Alliance française de Fribourg. Pour la sortie de son nouvel ouvrage, Faire l’amour avec Dieu, elle abordera le thème Mystique et rébellion.

JPEGNée en 1939 à Paris, agrégée de philosophie, Catherine Clément, assistante de Vladimir Jankélévitch, élève de Jacques Lacan, n’est pas devenue psychanalyste. Sa rencontre avec Claude Levi-Strauss, en 1962 fut décisive pour ses recherches et travaux futurs.

Une carrière de journaliste

Délaissant l’Université, elle choisit la carrière de journaliste. Elle sera dès 1976, chef de rubrique culture au quotidien Le Matin de Paris, productrice d’une émission sur France Culture « Cultures de soi, cultures des autres ». Elle a proposé en 2014, du lundi au vendredi sur France Culture, « Nous serons comme des dieux » feuilleton de 6 minutes contant les légendes et les mythes de la Grèce antique, de l’Inde, ou des cultures amérindiennes.
Elle a séjourné en Inde, en Autriche, au Sénégal, pays et civilisations qui nourrirent son travail sur les mythes, les croyances, les légendes.

Faire l’amour avec Dieu

JPEGDe Catherine de Sienne à Ramakrishna, de Rumi à Thérèse d’Avila, de l’histoire de Majnoun le fou d’amour au Cantique des cantiques, dans Faire l’amour avec Dieu, paru en mars 2017, aux Editions Albin Michel (http://www.albin-michel.fr/ouvrages/faire-l-amour-avec-dieu-9782226393968) Catherine Clément nous fait découvrir « l’être sexuel de Dieu », et le monde fascinant de ses amants mystiques.
« “La prière est un coït avec la Présence divine” : cette drôle de phrase, tombée de la bouche d’un rabbin ukrainien au XVIIIe siècle, le Baal Shem Tov, est venue tinter un soir à mes oreilles comme un méchant grelot. Pourquoi ? Qu’est-ce que la sexualité d’une prière peut apporter au XXIe siècle, un siècle qui commence par des tueries suicidaires commises au nom de Dieu ? Et que veut-il, ce Dieu, le coït ou la mort ? Dieu voulant toujours tout, Il veut les deux : qu’on fusionne avec Lui et qu’ensuite on en meure, pour faire partie de Lui. C’est un ogre adorable. Belle idée pour fidèles, exaltante pour dévots. Si tentante, cette idée, qu’elle s’est incarnée sous tous les cieux, sur tous les continents, dans toutes les religions. Celles et ceux qui les portent sont des croyants extrêmes prêts à donner leur vie pour accéder à la fusion divine. Par défi, par orgueil, sous l’effet d’un grand vent dissident hostile à toute autorité sociale, ceux-là et celles-ci vont à la mort par des chemins dérivés que l’on appelle mystiques. »

Jeudi 30 mars 2017 à 18h30
Salle Rossier, Bibliothèque de la Ville, rue de l’Hôpital 2, Fribourg
Frais de participation de CHF.-10 pour les non-membres
La conférence sera suivie d’une séance de signature

publié le 03/04/2017

haut de la page