Genève : réception de rentrée transfrontalière au Consulat général

Le Consul général a reçu à la résidence, en présence de S. Exc. Anne Paugam, Ambassadrice de France en Suisse, et de Mme Nathalie Fontanet, conseillère d’Etat de la République et canton de Genève, une centaine d’invités, représentants de l’Etat, élus français et suisses, acteurs économiques et membres de la société civile de part et d’autre de la frontière.


M. Yann Hwang, Ambassadeur Représentant de la France à la Conférence du Désarmement, Mme Aurélie Charillon, Maire de Prévessin-Moëns, M. Jean-Yves Marin, Directeur du Musée d’Art et d’Histoire
Consulat général de France à Genève
Reception de rentrée à Genève
Reception de rentrée à Genève
Consulat général de France à Genève

de gauche à droite, M. Gilles Miserez, Directeur général de l’office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue du canton de Genève, M. Frédéric Mugnier, Maire de Valleiry, M. Pierre Charvet, Directeur général des Laiteries réunies de Genève
Consulat général de France à Genève

de gauche à droite, M. Christian Dupessey, Maire d’Annemasse, M. Gilles Miserez, Directeur général de l’office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue du canton de Genève, le Consul Général, L’ambassadrice de France en Suisse
Consulat général de France à Genève

M. Yann Hwang, Ambassadeur Représentant de la France à la Conférence du Désarmement, Mme Nathalie Fontanet, Conseillère d’Etat du canton de Genève, M. François Rivasseau, Ambassadeur Représentant de la France à l’ONU
Consulat général de France à Genève

M. Daniel Rosselat, Syndic de Nyon, M. Jean-Marie Berberat, Brigade de la Sécurité Diplomatique de la Police genevoise
Consulat général de France à Genève

de gauche à droite, M. Daniel Raphoz, maire de Ferney-Voltaire, M. Cyril Pellevat, Sénateur de Haute-Savoie, M. Guillaume Mathellier, Maire d’Ambilly, Mme Géraldine Pflieger, Maire de Saint-Gingolph
Consulat général de France à Genève

M. Etienne Barrault, consul honoraire à Sion, M. Luc Fellay, président de la commune de Champéry
Consulat général de France à Genève

Discours de l’Ambassadrice Mme Anne Paugam
Consulat général de France à Genève

Mot de bienvenue du Consul général
Consulat général de France à Genève

Discours de l’Ambassadrice de France :

Mesdames et Messieurs, en vos titres et qualités, cher amis,

Je suis très heureuse d’être aujourd’hui à Genève avec vous, et je vous remercie de votre présence nombreuse, signe du caractère très vivant de notre communauté transfrontalière. Je tiens à remercier tout particulièrement le Consul général, Olivier Mauvisseau, de nous accueillir et de vous avoir réuni tous ici afin que nous puissions échanger en cette rentrée sur les sujets transfrontaliers, si importants dans la relation entre nos deux pays, la France et la Suisse.

Cette frontière entre nos deux pays, fixée là par l’histoire que chacun connait, loin de nous éloigner, nous rapproche : elle est un passage entre nos cultures, nos sociétés, nos économies. Elle fait de nous plus que des voisins, des amis. Je souhaite à ce propos saluer notamment la présence de Mme Nathalie Fontanet, conseillère d’Etat de la République et canton de Genève, ainsi que les représentants des cantons de Vaud, de Neuchâtel et du Valais, présents ce soir.

Cette rencontre est l’occasion pour moi d’échanger avec vous tous, élus des deux côtés de la frontière, représentants de l’Etat, acteurs économiques, scientifiques ou culturels et de la société civile. Elle me permet de vous dire toute l’attention que la France, et sa représentation diplomatique en Suisse, porte au suivi des dossiers qui font votre quotidien dans le cadre transfrontalier. En effet, l’apport de l’arc transfrontalier au dynamisme de la relation franco-suisse dans son ensemble est considérable.

Cette relation franco-suisse est, vous le savez, une relation très étroite, et cela tient largement bien sûr à l’existence de nos 570 km de frontière commune, qui ont forgé des liens humains très forts. Ainsi 187 000 Français sont enregistrés en Suisse : il s’agit de la plus grande communauté française expatriée enregistrée auprès de nos consulats. Et, comme le Président Berset l’a rappelé très récemment lors de sa visite au Président Emmanuel Macron à Paris, la communauté suisse en France est également la première communauté suisse à l’étranger ; elle compte 200 000 personnes.

La relation franco-suisse vis actuellement une séquence particulièrement riche : le ministre des Affaires étrangères, M. Jean-Yves Le Drian, a effectué un déplacement en Suisse le 24 août, la ministre des armées, Mme Florence Parly, s’est également rendue en Suisse début septembre, et le Président de la République, M. Emanuel Macron, a reçu le Président de la Confédération, M. Alain Berset, à Paris le 12 septembre. Enfin, dans une semaine, la ministre des transports, Mme Elisabeth Borne, se rendra à Berne afin de s’entretenir avec Mme Leuthard de sujets qui pour nombre d’entre eux, ont une dimension transfrontalière. Ces temps forts de nos relations bilatérales mettent en lumière la coopération transfrontalière, qui constitue une pierre essentielle à l’édifice des relations qu’entretiennent nos deux pays.

Les chiffres du frontalier sont eux aussi éloquents : 174 000 personnes résident en France et travaillent tous les jours en Suisse. On sait qu’un nombre significatif de ces frontaliers sont d’ailleurs des familles suisses, ou binationales, qui ont choisi d’habiter en France voisine, comme on dit. Mais au-delà des chiffres, et de ces liens humains et souvent familiaux si denses, la coopération transfrontalière se distingue aussi par le caractère innovant, et parfois unique en Europe, de certains projets : je pense tout d’abord à la dimension multilatérale de Genève, à la « Genève internationale » : face aux désordres du monde, nos deux pays partagent un engagement sans faille et renouvelé, en faveur du multilatéralisme, et des institutions créées pour faire respecter la paix et la règle de droit. Et concrètement, nos deux pays partagent l’objectif de soutenir la place de Genève dans l’accueil des organisations internationales, c’est là un objectif transfrontalier partagé. La présence à ici ce soir de mes collègues François Rivasseau, ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de l’office de Nations-Unies à Genève, et Yann Hwang, ambassadeur, représentant permanent de la France à la conférence du désarmement, en témoigne.

Je pense bien sûr aussi à la coopération scientifique, avec le CERN, organisation scientifique internationale unique, promue et accueillie par nos deux pays, posée à cheval sur la frontière (et dont là aussi nous partageons le dessein de le conserver à la pointe de la course scientifique mondiale). On peut citer aussi les coopérations universitaires très riches entre institutions renommées des deux côtés de la frontière, en particulier le Campus rhodanien, désormais doté d’un cadre et d’un fonds d’amorçage.

En matière de mobilité et de projets novateurs, je pense bien sûr à l’inauguration, en fin d’année prochaine, du Léman Express. La mobilité entre nos deux territoires voisins constitue un défi – il suffit de prendre une voiture pour s’en rendre compte- et le CEVA, un RER transfrontalier d’une dimension inédite, constitue un élément de réponse structurant à ce défi. Nous sommes donc tous heureux à la perspective de son inauguration prochaine. L’impact des projets de mobilité va bien au-delà des questions de transport, vous le savez, c’est pourquoi je souhaite qu’ensemble nous continuions à les accompagner et à les mettre en valeur.

Je voudrais rappeler, sur ces sujets, que nos deux pays disposent d’ores et déjà d’un édifice institutionnel très complet pour en traiter : du comité régional franco-genevois à la conférence transjurassienne, en passant par le conseil du Léman, sans parler de nombreux comités techniques spécialisés, l’ensemble des questions transfrontalières est régulièrement à l’ordre du jour. De plus, nous tenons chaque année un dialogue sur la coopération transfrontalière franco-suisse qui implique le niveau fédéral côté suisse, et national côté français, aux côtés des acteurs locaux ou régionaux. Ce dialogue, pour lequel l’Ambassade de France à Berne est particulièrement mobilisée, permet d’appeler l’attention des capitales sur des dossiers suivis quotidiennement sur le terrain.

Je souhaite enfin saluer le travail des nombreuses entreprises qui ont une activité transfrontalière – certaines font ainsi vivre le tissu économique de part et d’autre, et contribuent à créer une culture d’entreprise qui transcende la frontière. Leur apport à la densité de nos relations est fondamental : la France est le 3ème investisseur en Suisse, et la Suisse également le 3ème investisseur en France. Et nous échangeons chaque année pour 55Mds de biens et services.

Pour conclure, je souhaite vous faire part de ma disponibilité totale et de ma volonté entière de poursuivre le dialogue avec tous pour le bien des échanges entre nos territoires, et pour le renforcement des liens entre la France et la Suisse. Je vous remercie.

publié le 09/10/2018

haut de la page