Hommage à Samuel Paty - "Je vous invite à penser à lui, à sa famille, à ses élèves, à ses collègues et à ses proches"

L’Ambassade de France en Suisse et au Liechtenstein, en lien avec les Consulats de Genève et de Zurich, se joint à l’hommage national rendu à Samuel Paty. Lisez ici l’allocution du Premier Conseiller, Monsieur Philippe Cerf.

JPEG

ALLOCUTION DU PREMIER CONSEILLER P. CERF

A L’OCCASION DE LA CÉRÉMONIE D’HOMMAGE À M. SAMUEL PATY

Prononcé le 21 octobre 2020 à 12h00

« Samuel Paty. était professeur d’Histoire-Géographie dans le collège du bois d’Aulne à Conflans-Sainte-Honorine.

Il a été sauvagement assassiné par un terroriste, le 16 octobre dernier.

Face à cette insoutenable horreur, à cette barbarie qui se cache sous le masque de la religion, je vous invite à penser à lui, à sa famille, à ses élèves, à ses collègues et à ses proches.

Pensons à tous les enseignants, d’ici ou d’ailleurs, qui, tout au long de leur carrière, de leur mission, mènent ce combat pour la paix, pour la liberté, pour l’égalité, pour la fraternité, en un mot pour nos valeurs républicaines. Cette lutte donne un sens à leur engagement de transmission du savoir et de la culture à des générations d’enfants et d’adolescents, afin d’en faire des femmes et des hommes instruits et capables de juger par eux-mêmes dans le respect des valeurs humanistes et républicaines, déjà mentionnées et qui nous unissent. La liberté et le respect de soi et de l’autre, l’esprit critique s’apprennent et s’enseignent. C’est ce à quoi s’était attaché Samuel Party à qui nous rendons hommage aujourd’hui.

L’école est une institution de la République, où chacun est respecté et respecte l’autre, dans le respect des valeurs qui nous sont communes à tous et dans l’acquisition d’un savoir qui en est la garantie. C’est à cela que l’assassin de Samuel Paty s’est attaqué et c’est ce que nous ne pouvons accepter. La laïcité ouverte, qui signifie le respect des croyances de chacun, sans mettre aucune en avant et dans la considération des valeurs qui nous unissent, c’est notre vivre ensemble et cela ne saurait être ni remis en question, ni relativisé, ni négocié.

Je vous rappelle que le président de la République présidera ce soir dans la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de la transmission des savoirs, une cérémonie à la mémoire de Samuel Paty. Il s’est rendu hier après-midi, accompagné du ministre de l’Intérieur, à la préfecture de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, pour y diriger une séance de la cellule de lutte contre l’islamisme et le repli communautaire. Installée début 2020, cette cellule s’inscrit dans la stratégie de lutte contre le séparatisme mais depuis trois ans déjà, des dizaines de structures de radicalisation ont été fermées en Seine-Saint-Denis, sous l’impulsion du préfet.

Ces derniers jours, ce combat a été intensifié et les dispositifs mis en places renforcés. A ce titre, plusieurs dizaines d’actions ont été lancées contre des associations et à l’égard d’individus qui portent une idéologie de destruction de la République. Nos concitoyens doivent être protégés contre ce mal qu’est l’islam radical. La détermination du Président et du Gouvernement est entière et les actes seront là.

Ceci, nous le devons à toutes les victimes de l’islam radical en France et dans le monde, à toutes les victimes de l’intolérance, victimes de ceux qui placent leur idéologie au-dessus de la vie humaine. Nous le devons aujourd’hui, en premier lieu, à Samuel Paty, à son courage et à son engagement.

Je vous invite à observer une minute de silence en sa mémoire. »

publié le 22/10/2020

haut de la page