Le cinéma pour mieux penser la société

Berne – Chaque mois, Ciné-Débat-Rencontres propose la projection d’un film, généralement suivie d’un débat. En deux ans, Marie-Rose Gillmann, fondatrice et présidente, a fait de l’association un rendez-vous incontournable de la vie bernoise francophone.

Quelle est l’ambition principale de Ciné-Débat-Rencontres ?

JPEGNous ne faisons pas de nos Ciné-Débat-Rencontres un lieu pour cinéphiles. L’ambition est surtout de se rencontrer autour de l’une des langues nationales suisses : le français. Nous présentons des films en français, sous-titrés en allemand, parfois en anglais. Nous proposons aussi désormais la traduction simultanée français/allemand pour l’ensemble des débats qui prolongent le film.
Le cinéma est un merveilleux outil de communication pour accéder facilement à la culture : il y a le support de l’image, les films sont sous-titrés, les sujets peuvent parler à tous. Notre programme permet ainsi aux Bernois qui ont appris le français à l’école de pratiquer la langue et de mieux saisir la culture française, dans un moment de réflexion et de convivialité.

Comment réalisez-vous votre sélection ?

JPEGNous avons accès à la plate-forme IF Cinéma. Il s’agit d’une sélection de films français - de la fiction, de l’animation, du documentaire - proposée par l’Institut français et mise gratuitement à notre disposition pour une diffusion non-commerciale.
J’estime que le meilleur moyen d’utiliser ces films, qui ne sont pas toujours des films récents, est de les mettre en perspective, d’en tirer un sujet de débat. La plupart de nos films, ceux qui sont présentés au Freies Gymnasium, se prolongent en effet par une discussion avec des intervenants.

Qui sont ces intervenants ?

En général, nous faisons appel à un ou une spécialiste du sujet : chef d’entreprise, ambassadeur, professeur, journaliste, médecin, ... Il apporte son éclairage sur le film qui vient d’être vu et peut répondre aux questions du public.
Nous aimons accueillir des personnalités de proximité, des gens qui sont eux-mêmes bernois et qui ont des expériences toutes proches de nous que nous pouvons enfin partager.

Les thématiques des débats sont centrales ?

Au fond, je trouve qu’on a peu l’occasion de débattre de sujets de société. Le cinéma est un moyen pour y parvenir et aborder des thématiques parfois difficiles à appréhender seuls. Nous avons, par exemple, proposé le film Hope. Un film très dur sur le parcours de migration d’une jeune femme africaine. Un film qu’on n’a pas forcément envie de voir seul à la maison. Avec ce genre de films, on a besoin d’un environnement, d’une mise en contexte et de débattre de ce qu’on vient de voir. Besoin, aussi, de partager des idées pour alimenter sa réflexion. Moi-même, si j’interviens, je ne vais pas donner mon opinion, mais rapporter différentes thèses. L’important est d’oser aborder ensemble un sujet de société fort, qui nous concerne tous de près ou de loin et de confronter nos points de vue pour tenter de progresser vers plus de compréhension.

Quels sont vos projets et ambitions pour Ciné-Débat-Rencontres ?

Je voudrais que nous parvenions à développer les rencontres avec les jeunes, notamment en mobilisant les lycées. Il y a là un véritable travail à mener pour permettre aux plus jeunes d’apprendre à lire les images. Je souhaite participer à cet apprentissage. C’est mon côté enseignante ; j’ai eu un parcours dans l’enseignement, jusqu’à devenir directrice d’établissement. Moi-même, lorsque je regarde un film, j’ai besoin de le visionner trois à quatre fois. A chaque fois, je découvre de nouvelles informations, une nouvelle piste de réflexion. Grâce à cette approche du film et des images qui nous entourent, en regardant, puis en discutant, on peut aller au-delà des émotions.

Les dates à venir

Jeudi 31 mai : Vandal
Voir notre article en ligne.

Jeudi 14 Juin 2018 : Le Grand homme
Les légionnaires Markov et Hamilton forment un très efficace duo d’éclaireurs en Afghanistan.
Lors d’une expédition non autorisée par leur hiérarchie, les deux légionnaires sont pris en embuscade. Markov sauve Hamilton, grièvement blessé par des tirs rebelles, mais quitte la Légion sans les honneurs. De retour à Paris, Hamilton, convalescent, souhaite rester légionnaire, tandis que Markov, désormais civil et sans papiers, tente de s’en sortir avec son fils Khadji. Hamilton prête son identité civile à son ami tchétchène, pour qu’il puisse travailler légalement. Mais un jour, Markov disparaît, laissant Hamilton désorienté et Khadji seul au monde.
Débat : Les sans-papiers
Freies Gymnasium à Berne, buffet dînatoire à 18h15, Projection du film à 19h15

Mercredi 5 Septembre 2018 : La grande illusion
Première Guerre mondiale. Deux soldats français sont faits prisonniers par le commandant von Rauffenstein, un Allemand raffiné et respectueux. Conduits dans un camp de prisonniers, ils aident leurs compagnons de chambrée à creuser un tunnel secret. Mais à la veille de leur évasion, les détenus sont transférés. Ils sont finalement emmenés dans une forteresse de haute sécurité dirigée par von Rauffenstein. Celui-ci traite les prisonniers avec courtoisie, se liant même d’amitié avec Boeldieu. Mais les officiers français préparent une nouvelle évasion.
Lichtspiel, à Berne, Accueil à 19h30, Projection du film à 20h00

Jeudi 18 octobre : Demain
Suite à la publication d’une étude qui annonce la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l’éviter. Durant leur voyage, ils ont rencontré les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…
Sujet du film : Des solutions pour un monde durable
Débat : Un chef d’entreprise face aux défis du monde
Intervenant : Daniel Bloch, le président de la chocolaterie Camille Bloch à Berne évoquera comment son entreprise familiale bernoise réagit dans le cadre de la mondialisation.
Freies Gymnasium à Berne, buffet dînatoire à 18h15 , Projection du film à 19h15

Mercredi 21 Novembre 2018 : Lulu femme nue
Parce qu’elle a manqué d’assurance au cours d’un entretien d’embauche, Lulu, mariée et mère de trois enfants, n’obtient pas le poste de secrétaire espéré. Dans un moment d’égarement et sans aucune préméditation, elle décide de ne pas rentrer chez elle et fuit dans une ville balnéaire de Vendée à la recherche d’un peu de liberté. Sur la côte, la fugueuse et timide quadragénaire est confrontée au manque d’argent et se met à la recherche d’un toit.
Dans sa quête de renaissance, elle rencontre trois individus qui vont l’aider à se retrouver : un homme protecteur tout juste sorti de prison, une vieille femme rebelle et une employée harcelée par sa patronne... Trois rencontres qui vont aider Lulu à retrouver une ancienne connaissance qu’elle a perdu de vue : elle-même.
Débat : la place de la femme sur le marché du travail en Suisse
Intervenante : Magdalena Rosende, Cheffe de projet - Vie professionnelle, Bureau de l’égalité entre les femmes et les hommes, Etat de Vaud
Freies Gymnasium à Berne, buffet dînatoire à 18h15, Projection du film à 19h15

Toutes les informations en ligne sur le site de l’association Ciné-Débat-Rencontres

publié le 30/05/2018

haut de la page