Le phénomène Niangouna

Bâle – L’auteur, réalisateur et acteur congolais, Dieudonné Niangouna met en scène la violence et la colère dans les rues de la République du Congo sur fond de guerre civile et de colonialisme. Il présente, les 29 et 30 juin, sa pièce « Papa Wemba.Le singe avait raison  », à 19h30, à la Kaserne Basel dans le cadre du festival Kongo am Rhein, avec le soutien de l’Ambassade de France en Suisse.

JPEG
Dans la pièce de théâtre « Papa Wemba. Le singe avait raison » Dieudonné Niangouna traite de la figure du héros aujourd’hui. Sur la base d’images stéréotypées des superhéros de son enfance, il interroge l’histoire officielle, qui ne laisse pas de place pour les réalités historiques du peuple, en particulier l’émergence d’un esprit critique.

Dieudonné Niangouna proposera aussi une lecture scénique de « M’appelle Mohammed Ali  » avec Frank Weigand et Leyla-Claire Rabih : une réflexion sur l’identité noire et le théâtre contemporain en Afrique et en Europe.

Né en 1976 à Brazzaville, République du Congo, Dieudonné Niangouna est acteur et metteur en scène. En 1997, il fonde avec son frère la Compagnie Les Bruits de la rue, qui évoque la violence et la colère dans les rues de la République du Congo.
Dieudonné Niangouna est également fondateur de Mantsina-sur-Scène, Festival international de théâtre provocateur, de danse contemporaine, de spectacles et d’ateliers, organisé chaque décembre à Brazzaville.
En 2014 il a présenté au Théâtre Vidy-Lausanne la pièce "Le kung fu". En 2015, il a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres.

Quand Niangouna est là, les planches chauffent et la parole s’affole.

« Papa Wemba. Le singe avait raison », les 29 et 30 juin 2017 à 19h30
« M’appelle Muhammad Ali », le 30 juin à 21h00

Plus d’informations sur le site de Kongo am Rhein

publié le 10/07/2017

haut de la page