Les avions suisses PC-21 sont arrivés à Cognac

Mardi 2 octobre 2018, l’Armée de l’air a accueilli, sur la base aérienne de Cognac, ses premiers avions suisses Pilatus PC-21.

Le général français Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA), le brigadier Werner Epper, remplaçant du commandant des Forces aériennes suisses, et le divisionnaire Jean-Marc Halter, attaché de défense à l’Ambassade de Suisse à Paris étaient présents.

Conçu par la société Suisse Pilatus, le PC-21 est le nouvel appareil de formation des pilotes de chasse et navigateurs officiers système d’armes. Stationné à l’École de Pilotage de l’armée de l’air sur la base aérienne de Cognac, il permettra notamment de rationaliser la formation des équipages de l’aviation de chasse de l’Armée de l’air, mais aussi, de la Marine Nationale.

Après l’acheminement de deux avions le 30 août 2018 à Cognac, l’année 2019 concrétisera les priorités de la loi de programmation précédente et initie celles de la Loi de programmation militaire française (LPM 2019-2025).

Elle poursuit l’effort engagé dans la rénovation des capacités de commandement et de maîtrise de l’information : 9 Pilatus PC-21 supplémentaires seront livrés à l’École de pilotage de l’armée de l’air, ce qui portera à 17 le nombre d’appareils au sein de l’Armée de l’air.

Acteur de la modernisation du système de formation du personnel navigant, le Pilatus PC-21 place les pilotes et les navigateurs de demain dans un environnement représentatif d’un avion d’armes de dernière génération, tel que le Rafale. De par ses capacités de simulation sensiblement identiques au Rafale : mise en réseau des avions, simulation de cibles air-air et air-sol et apparition d’avions fantômes, le Pilatus PC-21 offrira une préparation opérationnelle adaptée aux conflits modernes et à la complexification des missions aériennes.
JPEG - 1.8 Mo
Les autorités militaires suisses et françaises à Cognac.
Premier rang (deuxième en partant de la droite) : le général français Philippe Lavigne, chef d’état-major de l’Armée de l’air (CEMAA).
Troisième rang (premier en partant de la droite) : le divisionnaire Jean-Marc Halter, attaché de défense à l’Ambassade de Suisse à Paris.
Dernier rang (au centre) : le brigadier Werner Epper, remplaçant du commandant des Forces aériennes suisses.
© Sirpa - Armée de l’Air

Avion de formation d’un faible coût de fonctionnement, le Pilatus PC-21 représente un véritable saut technologique. Son système de simulation embarqué interactif assure un très haut niveau de représentativité des missions tactiques. Le réalisme des missions opérationnelles se verra augmenté grâce à la modernisation de son système d’armes.

Les Pilatus PC-21 permettront, à terme, de former trente pilotes, dix navigateurs officiers systèmes d’armes de l’Armée de l’air, dix pilotes pour la Marine nationale ainsi que dix moniteurs simulateur par an.

publié le 07/11/2018

haut de la page