« Nous sommes vraiment une école plurilingue et pluriculturelle »

Depuis la rentrée 2016, les 900 élèves du Lycée Marie Curie de Zurich ont pris leur quartier dans le nouveau bâtiment situé au pied de la colline Zurichberg, entre Dübendorf et Zurich. Ce complexe scolaire rassemble désormais tous les niveaux, de la petite section à la Terminale, jusqu’alors répartis sur quatre sites. L’inauguration du bâtiment s’est déroulée le 26 novembre 2016. Paul Savall, chef de l’établissement, retrace les grandes étapes de l’histoire du Lycée Français de Zurich (LFZ) qui célèbre cette année ses 60 ans d’existence.

Racontez-nous quels impératifs ont conduit au déménagement du Lycée Français de Zurich.

JPEG - 28.7 ko
Portrait de Paul Savall, chef d’établissement du Lycée Marie Curie de Zurich

Depuis sa création, le Lycée Français Marie Curie de Zurich a parcouru un long chemin : de 14 élèves en 1956 à plus de 900 à ce jour ; de l’unique classe de la Hottingerstrasse, à la maison de la Bergstrasse que notre école a occupé pendant 20 ans avant de se déplacer sur les hauteurs de Gockhausen à Im Tobelacker et Ursprung, dans deux écoles flambant neuf nées de la volonté des parents d’offrir aux enfants des établissements à la hauteur de leur légitime ambition. Les effectifs continuant sans cesse de croître, ces deux bâtiments, l’un abritant le primaire et l’autre le secondaire sont très vite devenus trop étroits. Le LFZ décida donc de louer deux nouveaux locaux pour y installer l’école maternelle et le lycée.
Face à la complexité logistique de la gestion de quatre sites et aux limites de la capacité d’accueil, une solution d’ensemble pour le LFZ, réunissant sur un seul lieu toutes les classes était devenu indispensable. C’est en novembre 2012 que l’association des parents d’élèves du LFZ a approuvé en assemblée générale la décision de faire construire un bâtiment pour plus de 1 000 élèves. En janvier 2013, le projet de construction du nouveau Lycée Français de Zurich a été officiellement lancé dans le quartier Hochbord à Dübendorf et la première pierre est posée en septembre 2014.
Le 5 septembre 2016, notre nouvel établissement a ouvert ses portes : fini les trajets entre les quatre sites pour les parents et les enseignants, fini les problèmes de circulation et de stationnement.

Vous avez voulu une nouvelle école très moderne et dédiée au bien-être des élèves. Voulez-vous nous en détailler les infrastructures ?

La localisation géographique de notre nouvel établissement, dans le quartier de Hochbord, sur la commune de Dübendorf est idéale. Il est situé à quelques minutes de la gare de Stettbach et est accessible par tous les modes de transport. De plus, le LFZ dispose de deux zones de « dépose-récup’ minute » : l’une située en surface et l’autre dans le parking en sous-sol pour les élèves de maternelle uniquement. Le Lycée Français de Zurich est ainsi devenu une école de proximité.
Le budget de construction de cet établissement de 14 600 m2 s’élève à 45 millions de francs suisses. Il a été financé en partie par la revente des bâtiments de Tobelacker et d’Ursprung et complété par un prêt contracté auprès d’une banque et pour lequel l’Etat français s’est porté garant.

JPEG - 20.1 ko
Facade Nord du Lycée Marie Curie de Zurich

Le bâtiment en forme de « U » mesure 110 m de long et 56 m de large. Conçu pour accueillir 1 100 élèves, il se compose de trois volumes spacieux et lumineux. Le bâtiment principal compte six niveaux et comprend le parvis d’accueil, les bureaux de la vie scolaire, l’infirmerie, les salles de restauration et la cuisine qui a été conçue pour élaborer les repas sur place, deux bibliothèques, la salle des professeurs du secondaire, les bureaux de l’administration et de la direction, deux cours de récréation, les salles de classe de l’élémentaire, du collège et du lycée ainsi que les salles techniques (arts plastiques, musique, informatique, laboratoires de sciences etc.). L’aile gauche comprend une double salle de sport, un dojo et des vestiaires. L’aile droite bénéficie d’une entrée spécifique et s’organise sur deux niveaux autour d’une cour centrale avec les salles de classes, la salle des professeurs du primaire, une marmothèque, une salle de repos et une salle de motricité.
Vous le savez peut-être, la bienveillance et l’excellence sont deux valeurs que nous vivons au quotidien au LFZ. Une bienveillance de tous les instants qui doit aider les enfants à grandir et à dépasser leurs limites. L’excellence requiert les conditions matérielles et morales pour que tous les enfants, peu importe leurs besoins éducatifs, puissent s’épanouir favorablement et se réaliser. Les infrastructures y participent pleinement. Le cabinet d’architectes a même veillé à ce que les couleurs utilisées dans le bâtiment véhiculent des sentiments positifs et créent un climat favorable à l’enseignement et au bien-être de tous. Et c’est ce que nous constatons depuis 3 mois. On se sent bien dans l’établissement, on y vit bien !

Quelle est aujourd’hui la place du Lycée français de Zurich dans le paysage éducatif Suisse et comment pourrait-il évoluer grâce à ces nouvelles infrastructures ?

Aujourd’hui, nous accueillons un peu plus de 900 élèves de plus de 25 nationalités différentes. 80 % sont Français ou binationaux, 9 % Suisses, 11 % de nationalités tierces. Fort d’une équipe éducative qualifiée, expérimentée et engagée, le LFZ propose à ses élèves un enseignement de qualité et les résultats aux examens montrent bien que ceci est une réalité dans cet établissement. Ce n’est pas moins de 100 % de réussite au Baccalauréat dans les sept dernières années avec une moyenne de plus de 80 % de mentions obtenues. La réussite est également au rendez-vous pour le brevet.
En accueillant des élèves de divers horizons, le Lycée Français de Zurich encourage le plurilinguisme et le pluriculturalisme. Le parcours bilingue mis en place en septembre 2011 conduit les élèves de maternelle et d’élémentaire à une maîtrise des deux langues à la fin de la scolarité par une acquisition naturelle du français et de l’allemand. L’enseignement des matières non linguistiques est dispensé de manière paritaire : chaque discipline est enseignée en français et en allemand afin d’assurer un développement conjoint des compétences et un horaire équilibré entre les deux langues. Ce parcours bilingue du LFZ est reconnu et autorisé par la Direction de l’Éducation (Bildungsdirektion). Il est également compatible avec le programme scolaire du canton de Zurich et celui de l’Éducation nationale française.
L’anglais est enseigné à partir du CM1. L’allemand et l’anglais sont enseignés à tous les élèves dès l’arrivée au collège. Chaque niveau scolaire est réparti en groupes distincts de compétences à raison de quatre heures par langue et par semaine. En complément et pour ceux qui le désirent, des disciplines dites « non linguistiques » (DNL), comme par exemple l’histoire, la géographie, les mathématiques, les sciences de la vie et de la terre ainsi que l’éducation physique et sportive, sont proposées dès la 6ème.
Pour le secondaire, j’ai fait une demande en France d’ouverture de section internationale allemande, destinée à des élèves bilingues franco-allemands, mais également à tout élève désirant avoir un enseignement poussé dans la langue et la culture allemande. Cette section débouche sur un baccalauréat OIB (Option internationale au Baccalauréat) qui donne accès aux universités européennes, allemandes, suisses et autrichiennes. Nous sommes ainsi vraiment une école plurilingue et pluriculturelle.
Notre projet d’établissement indique clairement notre souhait de continuer à nous ouvrir sur la Suisse. Nous souhaitons réellement encourager l’intégration dans le tissu local grâce, entre autres, à des partenariats avec des établissements scolaires et des associations culturelles de Zurich et alentours. Nous mettons également notre gymnase à disposition des associations sportives locales. Nous souhaitons être ouverts et partager notre culture et notre langue. De très nombreuses familles suisses sont d’ailleurs très sensibles à notre éducation à la française et aux valeurs humanistes qu’elle véhicule.

publié le 12/01/2017

haut de la page