Ouverture du Festival des Droits humains à Zurich (5-10 Décembre)

Du 5 au 10 Décembre 2018 se tiendra la quatrième édition du Festival du film des droits humains de Zurich, aux cinémas Riffraff et Kosmos. L’Ambassade de France en Suisse soutient ce festival, notamment pour le sous-titrage en allemand de film français projetés dans les écoles.

Le programme complet est disponible ici : www.humanrightsfilmfestival.ch

Du 5 au 10 Décembre, Zurich devient la capitale du film engagé et des droits de l’homme, à travers une sélection de films projetés aux cinémas Riffraff et Kosmos.

Le festival propose d’aborder de grandes questions humanitaires sous un angle artistique. "Les films donnent à voir une réalité souvent difficile à regarder mais montrent aussi les voies pour surmonter l’impuissance et réparer les blessures. La sélection de cette année témoigne de cette volonté de dépasser les difficultés pour aller vers de la lumière et proposer un message d’espoir" indique la directrice du festival Madame Sasha Lara Bleuler.
Parmi les thèmes abordés cette année, citons ainsi la difficulté d’honorer la mémoire des victimes d’un régime ("Los Versos del Olvido" co-production chilienne-allemande et française), la résistance des femmes en Palestine ("Naila and the uprising"), ou la reconstruction de la société espagnole après le francisme "The silence of others". Cette édition reprend le format des précédentes éditions du festival, en invitant pour chaque film une ONG œuvrant dans le domaine abordé par le film. La programmation du festival est complétée par une programmation de projections destinés aux scolaires, constituée d’une dizaine de projections dans les classes du canton de Zurich. Parmi les films de cette sélection se trouve le film "A voix haute" de Stéphane de Freitas, qui suit les participants de l’Université de Saint-Denis dans la préparation d’un concours d’éloquence, sous-titré en allemand pour l’occasion.
Le programme complet du festival est disponible ici : www.humanrightsfilmfestival.ch

JPEG

publié le 03/12/2018

haut de la page