Parution de la biographie de Noëlla Rouget : "La déportée qui a fait gracier son bourreau"

Pour cet ouvrage, les historiens Brigitte Exchaquet-Monnier et Éric Monnier ont longuement interviewé Madame Noëlla Rouget, une grande dame de l’humanisme et de la résistance, genevoise d’adoption aujourd’hui centenaire, maintes fois décorée par la France.

cliquez sur l’image pour revoir le reportage de Léman Bleu du 07.02.20 consacré à la décoration de Mme Noëlla Rouget
JPEG - 79.6 ko
Discours de Noëlla Rouget le 7 février 2020
Le reportage de Léman Bleu sur la remise à Madame Noëlla Rouget des insignes de Grand’Croix de l’ordre national du Mérite, à la résidence du Consul général de France, à Genève.

L’ouvrage paru aux éditions Tallandier revient sur l’engagement de Noëlla Rouget à travers son récit, de nombreux documents d’époque mais aussi ses archives personnelles comprenant des trésors, comme des lettres clandestines de prison, un journal intime tenu lors de son séjour de convalescence à Château-d’Oex et bien sûr la correspondance avec Jacques Vasseur, son tortionnaire, dont elle obtint la grâce du Général de Gaulle.

« J’estime que j’ai eu une belle vie, car j’ai lutté pour des idées que je croyais justes,

qui peu à peu font leur chemin. »

Noëlla Rouget

Le mot de l’éditeur

À cent ans, Noëlla Rouget accepte de se raconter. Son enfance à Angers, son rôle dans la Résistance, sa déportation, sa douloureuse reconstruction. Le plus incroyable, c’est le combat qu’elle a mené pour sauver celui qui l’a arrêtée. Une leçon d’humanité.

Noëlla Rouget s’engage à vingt ans dans la Résistance. Elle transporte tracts et journaux sur son vélo. Mais le 7 juin 1943, tout bascule : son fiancé Adrien est arrêté, et elle le sera deux semaines après, par un Français, Jacques Vasseur, collaborateur zélé nommé à la tête de la section de la Gestapo d’Angers. Noëlla croise dans les couloirs de la prison son fiancé, torturé, et fusillé quelques jours plus tard. Déportée au camp de Ravensbrück en janvier 1944, elle se lie d’amitié avec Geneviève de Gaulle.

Quand Jacques Vasseur est enfin retrouvé et jugé en 1965, Noëlla demande au général de Gaulle sa grâce, et l’obtient. La rescapée des camps veut croire à la rédemption de son bourreau, avec qui elle entreprend une correspondance jusqu’à ce qu’il sorte de prison.

JPEG

publié le 17/06/2020

haut de la page