Veille scientifique et universitaire sur le Covid-19

Semaines du 30 mars au 12 avril : principales mesures des institutions européennes, françaises et suisses, appels à projets et pistes de recherche

JPEG - 30.2 ko

EN EUROPE

Le 7 avril, les ministres en charge de la recherche et de l’innovation des pays membres de l’Union européenne ont adopté, un plan d’action « ERAvsCORONA » qui coordonne la coopération de recherche et d’innovation dans l’Espace européen de la recherche. Le même jour, Mauro Ferrari, président du Conseil européen pour la recherche, quittait ses fonctions, indiquant avoir échoué à impulser une réponse scientifique européenne coordonnée contre le coronavirus. Cette démission semblerait liée plus au profil d’entrepreneur peu habitué au fonctionnement d’une instance européenne qu’à de réels manquements dans l’organisation. Martina Hirayama, la secrétaire d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation SEFRI en Suisse, a participé à la vidéoconférence La Suisse est associée aux dix mesures instaurées au vu de sa participation à l’Espace européen de la recherche. (+)

Suite à l’appel à projet exceptionnel lancé en février 2020 par la Commission Européenne, 8 projets de recherche avec des équipes françaises ont été sélectionnés pour lutter contre le coronavirus. Le projet I-MOVE-COVID-19, un réseau européen pluridisciplinaire pour la recherche, la prévention et le contrôle de la pandémie, est coordonné par une équipe française. Ce dernier permettra de partager rapidement et largement les protocoles, les résultats des études et contribuera à la gestion clinique des patients, à l’aide aux décisions de santé publique dans la réponse à COVID-19. (+)

La Commission Européenne a mis sur pied un groupe consultatif européen d’experts scientifiques sur la Covid-19 pour renforcer la coordination et la réaction médicale dans l’Union Européenne. Composé d’épidémiologistes et de virologues de différents États membres, sa mission est d’élaborer des lignes directrices de l’UE relatives à des mesures de gestion des risques coordonnées et fondées sur des données scientifiques. Il est présidé par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission, et coprésidé par Stella Kyriakides, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire. Les membres se réunissent au moins deux fois par semaine, par vidéoconférence, de leur propre initiative ou pour examiner les questions soulevées par la Commission (+)

CureVac, l’entreprise allemande de biopharmaceutique ayant reçu un soutien de 80M€ de la CE pour accélérer le développement d’un vaccin, prévoit de débuter des tests cliniques en juin 2020. Elle annonce avoir progressé dans la stabilisation des vaccins sans réfrigération et disposer déjà de capacités de production. (+)

Le journal Science Business répertorie sur son site les opportunités de financement de recherche en lien avec le Covid-19, en Europe et dans le monde. La base de données est mise à jour quotidiennement. (+)

Le site d’information Finbold répertorie plusieurs centaines d’études cliniques qui sont en cours à travers le monde. L’index se base sur les données déclarées à ClinicalTrials.gov (+)

EN FRANCE

Le MESRI publie sur son site l’actualité de ses laboratoires en matière de recherche sur le Covid-19. « Les recherches progressent extrêmement vite grâce à la mobilisation totale de tous les laboratoires : ceux qui travaillent directement sur le Covid-19 et ceux qui contribuent à ces recherches, que ce soit en mathématiques pour de la modélisation ou en sciences humaines et sociales de façon à mesurer les impacts psychologiques, sociaux, anthropologiques que peut avoir cette crise. C’est toute la recherche qui est mobilisée » déclare la Ministre Frédérique Vidal. (+)

Le gouvernement français lance le projet #StopCovid. L’objectif est de développer une application mobile pour prévenir les personnes ayant été en contact avec un porteur du virus #COVID-19, permettant une prise en charge rapide et une limitation de la transmission. Issu du projet européen PEPP-PT (Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing) en partenariat notamment avec la Suisse (EPFL) et l’Allemagne (Fraunhofer HHI), StopCovid sera développé en France par l’Inria. L’application développée en open source, serait proposée sur le principe du volontariat avec des données anonymisées dans le respect des RGPD. (+)

La France lance un essai clinique sur la transfusion de plasma de patients guéris du Covid-19 pour le traitement de la maladie. Plusieurs établissements français vont transfuser du plasma sanguin de personnes guéries du Covid-19 à des patients malades pour tenter de renforcer leur système immunitaire. « Le plasma des personnes qui ont guéri du Covid-19 contient ces anticorps que leur organisme a développés. Ces anticorps pourraient aider les patients en phase aiguë de la maladie à lutter contre le virus », selon un communiqué commun de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Etablissement français du sang (EFS) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm). L’essai clinique nommé Coviplasm a démarré le 7 avril et comptera 60 patients dans des hôpitaux parisiens. (+)

Le 7 avril, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a suspendu le lancement de l’essai clinique MONACO consistant à administrer à dix malades du Covid-19 une solution issue du sang d’un ver marin aux propriétés oxygénantes. L’essai devait démarrer à l’AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), mais l’ANSM demande des informations supplémentaires sur la molécule, avant de lancer un essai clinique. L’AP-HP a décidé de ne plus être promoteur de l’essai clinique de phase I.

EN SUISSE

La Confédération met en place la Science Task Force nationale COVID-19 : Elle a pour mission de conseiller l’ensemble du Conseil fédéral, le chef du Département fédéral de l’intérieur (DFI) et les autorités fédérales et cantonales compétentes. Elle réunit chercheuses et chercheurs issus des hautes écoles suisses. Elle se compose d’un organe consultatif et de neuf groupes qui déploieront leurs compétences dans un champ d’expertise bien défini (Clinique ; Hôpital, prévention, contrôle des infections ; Données et modélisation ; Diagnostics et tests ; Epidémiologie digitale ; Economie ; Aspects éthiques, juridiques et sociaux ; Santé publique ; Plate-forme d’échange). Dotée d’un budget de fonctionnement de 5 millions de francs pris sur les organismes concernés (Fonds national suisse, Académies suisses des sciences et hautes écoles), celui-ci pourrait évoluer. (+)

La Confédération débute des essais cliniques pour évaluer l’efficacité des traitements candidats contre Covid-19, dans le cadre de l’étude internationale Solidarity pilotée par l’OMS. L’étude vise à comparer 4 traitements antiviraux candidats (remdesivir, hydroxychloroquine, lopinavir-ritonavir et lopinavir-ritonavir combiné à de l’interféron bêta). Ils seront centralisés au CHU du Valais, à Lausanne, et concerneront seize hôpitaux dans les pays, dont les hôpitaux universitaires de Genève, Berne et Bâle. Le volet suisse pourra inclure jusqu’à 1000 patients sur une durée de trois mois, et débutera dès la semaine prochaine sur le terrain. (+)

L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) lance 12 projets de recherche contre le Coronavirus. Certains s’appuient sur des recherches déjà en cours ou sur des dispositifs élaborés par le laboratoire et d’autres sont des idées complètement nouvelles nées d’un brainstorming intensif, explique l’adjoint du Vice-président pour la recherche. Ces projets devront être réalisés dans le court à moyen terme, avec des retombées espérées d’ici 6 à 9 mois. Des chercheurs sélectionnés vont bénéficier d’une autorisation spéciale pour pouvoir travailler dans leur laboratoire sur le campus actuellement fermé. (+)

L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ) multiplie elle aussi les projets de recherche sur le coronavirus. L’ETHZ a invité les chercheurs à soumettre des idées pour aider dans cette situation de pandémie et qui peuvent être réalisées immédiatement. En quelques jours, 36 projets en été soumis et une semaine plus tard, 22 ont été approuvés. Il s’agit entre autres d’optimisation d’un vaccin et d’outils de prévention et de soins. (+)

La Confédération, les cantons et les partenaires de la formation professionnelle se sont mis d’accord sur les modalités des examens de fin d’apprentissage 2020, lors d’un sommet national extraordinaire le 9 avril. Partie travail pratique : Chaque organisation du monde du travail (Ortra) responsable d’une profession ou d’un champ professionnel va proposer au SEFRI la procédure qu’elle a choisie et qui doit être réalisable dans toutes les régions de Suisse. Une fois approuvées, elles seront mises en œuvre par les cantons. Partie scolaire : Pas d’examen pour les connaissances professionnelles et la culture générale. Les notes sont calculées à partir respectivement de la note d’expérience et de la note d’école, et également à partir du travail personnel d’approfondissement pour la culture générale. Les modalités d’organisation des examens de maturité (gymnasiale, spécialisée, professionnelle et examen passerelle) devraient être fixées d’ici début mai, après concertation entre la Confédération et les cantons. Le but est que tous les candidats de 2020 obtiennent leur certificat de maturité dans les délais et qu’ils puissent s’inscrire à temps dans les établissements du degré tertiaire. (+)

Actualités science et universités :

La Cité des sciences et de l’industrie et le Palais de la découverte mettent en ligne leurs ressources (dossier, animation, podcast, vidéo, défi). Suivez le programme avec #Lascienceestlà pour la #Culturecheznous. L’offre est enrichie chaque jour et relayée sur leurs réseaux sociaux : abonnez-vous, pour ne rien manquer !

Le CNRS donne "la parole à la science" dans une série de podcasts. Retrouvez l’analyse de chercheuses et chercheurs de toutes les disciplines, de la biologie à la sociologie, sur l’épidémie de Covid-19. (+)

Mettez la puissance de votre ordinateur au service de la recherche sur le Covid-19 ! Le projet scientifique participatif Folding@Home se consacre depuis fin février exclusivement à la recherche sur le Covid-19. Il vise à mieux comprendre les protéines impliquées dans le virus. Les volontaires peuvent s’inscrire et mettre les ressources de leur ordinateur à disposition, pour aider la recherche médicale. (+)

Universcience prépare une exposition au format numérique sur le Covid-19. Elle sera accessible en ligne et téléchargeable gratuitement par tous ceux qui le souhaitent, notamment par les centres d’information et de culture scientifique dans le monde entier. (+)

Le Graduate Institute de Genève et le journal Heidi.news s’associent pour proposer une série de "conférences de poche" sur les crises actuelles : Covid-19, le virus qui change le monde. (+)

Innosuisse, en collaboration avec l’EPFL, l’Université de Berne et l’université des Sciences Appliquées de Zurich (ZHAW), propose des cours en ligne sur Zoom pour les start-up. (+)

publié le 14/04/2020

haut de la page