"Voler au-dessus des montagnes suisses a quelque chose de magique"

COOPERATION MILITAIRE - Rencontre avec le colonel Nicolas Pascal, qui fut entre 2004 et 2007 le tout premier officier d’échange franco-suisse basé à Payerne.

JPEG - 4.4 Mo
Le Colonel Pascal en visite à Payerne le 21/05/19

Comment avez-vous vécu vos trois années au sein de l’Armée Suisse ?
C’était une nouvelle expérience pour moi de rencontrer une nouvelle armée de l’air, de m’imprégner et de m’adapter à leur mode de fonctionnement. Mais il est finalement très similaire au mode de fonctionnement français, puisqu’on pratique les mêmes exercices avec les mêmes méthodes de travail. Il y avait effectivement un changement de culture – bien que je résidais dans la partie francophone de la Suisse – et évidemment un changement d’avion (j’ai volé sur FA/18). Pour autant, je n’étais pas dépaysé, car les missions que j’effectuais étaient en tous points similaires à celles que j’effectuais en France à l’époque.

Quel était votre quotidien sur la base de Payerne ?
Concrètement mon travail consistait à être un pilote au sein d’une escadrille et à former les plus jeunes. Comme j’avais été instructeur sur Mirage 2000 en France, grâce à mon expérience en matière d’instruction, j’ai pu accompagner les pilotes des forces aériennes suisses dans leur premier vol sur FA/18. J’ai aussi participé à l’équipe de formation des pilotes suisses sur le ravitaillement en vol sur les avions français. J’étais principalement chargé de la coordination entre la France et la Suisse pour réserver des créneaux de ravitaillement en vol. Au quotidien, le reste du temps, mon activité était celle d’un pilote suisse comme un autre. J’effectuais les mêmes missions ; excepté durant le Forum économique mondial de Davos où les règles d’engagement ne permettaient pas aux pilotes étrangers de participer.

Comment fonctionne la coopération entre l’Armée de l’air et les forces aériennes suisses ?

J’étais le tout premier officier d’échange. De ce que j’ai pu voir quand j’étais ici, la coopération fonctionnait très bien, dans une dynamique très positive.

A cette époque par exemple les mesures transfrontalières ont été renforcées. Elles permettent aujourd’hui encore dans le cadre de la mission de police du ciel à une patrouille française de traverser la frontière et de porter assistance à un avion sur le territoire suisse et vice versa. Cette disposition est directement liée à la bonne coopération entre les armées françaises et suisses.

Quels ont été les bénéfices mutuels de cet échange ?
J’ai pu faire profiter l’armée suisse de mon expérience de défense aérienne dans la mission de tactique, par exemple, en présentant les méthodes de travail en France et en les aidant à les appliquer au quotidien. En contrepartie, un pilote suisse a eu également l’opportunité de faire un échange en France et de développer son savoir-faire en termes de mission de reconnaissance en volant sur Mirage F1.

Avez-vous un souvenir à nous raconter ?
C’était il y a 15 ans déjà. Mais j’ai encore le souvenir de missions particulières. Je me rappelle un jour particulièrement mauvais en plein cœur de l’hiver où j’avais décollé depuis l’aérodrome de Meiringen en Suisse centrale. C’était très impressionnant de s’envoler sous la neige. Et j’ai gardé en mémoire évidemment tous ces vols au-dessus des montagnes suisses… Eté comme hiver, il y a quelque chose dans les luminosités qui rendent cette expérience vraiment magique.

Le Colonel Pascal de retour à Payerne

JPEGLe colonel Nicolas Pascal a eu le plaisir de revenir en terres vaudoises en mai dernier. C’est lui qui représentait l’armée de l’air française lors de la conférence de presse de présentation du Rafale le 21 mai dernier dans le cadre de l’évaluation AIR2030.
Lire notre article à son sujet ici.

La tradition d’échanges entre les armées se poursuit

JPEG - 5.7 Mo

Le Lieutenant-Colonel Aurélien est le dernier officier d’échange franco-suisse à avoir été en poste à Payerne. Il a lui aussi passé plusieurs années en Suisse et est de retour cet été sur la base aérienne du Nord vaudois. C’est lui en effet qui dirige l’exercice franco-suisse Epervier 2019.
Retrouvez notre diaporama sur l’exercice Epervier 2019 ici

publié le 04/09/2019

haut de la page