Zoom sur trois conférences du Forum France-Suisse Silver Economy [de]

Neuchâtel – Lors de la matinée de conférences qui débutera le forum France-Suisse de l’innovation dédié à la Silver Economy le 21 mars prochain, différents projets et réflexions centrés sur les séniors seront présentés. Focus sur trois d’entre eux.

Living Lab ActivAgeing : la participation des personnes âgées dans une économie à leur service
Dimitry Voilmy, responsable Living Lab ActivAgeing, Université de technologie de Troyes

« Ne faites rien pour nous, sans nous ». La devise du monde du handicap s’étendrait au monde de la gérontologie par l’implication des personnes âgées dans des domaines variés les concernant. JPEGCette dynamique de placer l’usager au cœur des dispositifs et de le faire participer, s’observe conjointement à une importante dynamique européenne de recherche et de développement des technologies conçues dans les domaines de l’autonomie et de la santé. Les utilisateurs finaux, auxquels se destinent les produits et services, (ici les personnes âgées) sont impliqués alors depuis la conception même de ces produits, et bien souvent dans la durée, en expérimentant et validant ces innovations dans des contextes de « vie réelle ». Cette opportunité participe à l’implication croissante des personnes âgées dans la réalisation des biens et services dont ils sont bénéficiaires, ainsi que leurs intérêts divers à participer au processus de co-conception de silver technologies.

Acceptabilité sociétale des technologies pour la santé, frein ou accélérateur d’innovations ?
François Hirsch – directeur de recherche Inserm ; adjoint du directeur, Institut technologies pour la santé & Secrétaire général, Comité d’éthique

De nombreuses technologies sont en cours de développement dans le domaine de la santé, offrant ainsi à la médecine du 21ème siècle des outils qui révolutionneront sans aucun doute la pratique médicale. Ces technologies touchent tous les champs de la médecine depuis le diagnostic jusqu’aux soins post-traitement, en passant bien entendu par la thérapeutique. La technologie va également envahir le champ de l’aide à l’autonomie pour les personnes à mobilité réduite, handicapées ou âgées, notamment au travers des avancées de la domotique. La question qui résulte de ces avancées technologiques est à la fois en rapport avec leur coût et avec leur acceptabilité sociétale. JPEGEn effet, sans parler de l’aggravation de la disparité Nord-Sud en matière d’accès aux soins que constituera la mise sur le marché de ces technologies, pensons-nous avoir les moyens de financer leur utilisation dans nos sociétés dites industrialisées où l’accès aux soins primaires est déjà interdit à un grand nombre de nos concitoyens ? De même, n’assisterons-nous pas à une aggravation de la perte de lien social déjà observée ? Ainsi, la télé-surveillance ou la mise à disposition de systèmes robotisés à domicile permet en effet de maintenir les patients dans leur cadre familier mais dans une solitude de plus en plus prégnante. Toutes ces craintes rendent indispensables la mise en place d’indicateurs d’impact sociétal de ces technologies ainsi que le financement de recherches en sciences humaines et sociales ciblées sur ces thématiques. Ces recherches devraient permettre d’établir ou non de l’intérêt économique de ces nouvelles technologies et de leur acceptabilité sociale.

L’appropriation des technologies constitue un apprentissage, y compris dans le grand âge
Dominique Kern, directeur du département Sciences de l’éducation, UHA Mulhouse

L’acceptation des technologies par les usagers peut être perçue comme un processus d’apprentissage à l’issue duquel la personne dispose des compétences nécessaires à l’appropriation de l’instrument et ou des services liés. Contrairement aux idées reçues, JPEGla recherche de la psychologie cognitive a mis en évidence ces dernières années la remarquable plasticité du cerveau humain ; même dans le très grand âge et jusqu’à la fin de la vie. Pour le chercheur en Sciences de l’éducation se pose dès lors la question du soutien (didactique, méthodologique) à apporter à l’apprenant pour le soutenir dans ses apprentissages. Les particularités et défis des processus d’apprentissage des technologies pour un public d’adultes plus âgés seront mis en évidence à l’aide de quatre champs thématiques : l’hétérogénéité du public, la modification des temporalités, l’accumulation d’expériences ainsi que la modification de la perception de soi (par soi-même et par les autres).

En savoir plus

Date : 21 mars 2018 – 8H00 – 18H00
Lieu : Haute Ecole de gestion Arc, Neuchâtel, Suisse
Programme et inscription : date limite le 10 mars 2018

publié le 27/03/2018

haut de la page